Souveraineté Alimentaire

Initiative souveraineté alimentaire II

headersouvalim-fr.png

 

 

 

 

Dans son message du 22 juin 2016, le Conseil fédéral recommande de rejeter l’initiative « Pour la souveraineté alimentaire. L’agriculture nous concerne toutes et tous »

Le Conseil fédéral sacrifie l’agriculture à son idéologie néolibérale. La nourriture saine, la protection de l’environnement, le commerce équitable et la production locale et durable sont secondaires. Ce qui importe davantage, ce sont les transports, les importations à prix cassés, l’industrie agraire et la concurrence entre agricultrices et agriculteurs.

 Justement pour ces raisons, il nous incombe maintenant de poser les jalons pour une politique agricole souveraine en Suisse. L’initiative a repris de nombreux sujets controversés avec l’objectif de prêter attention à ces préoccupations importantes pour y apporter des réponses.

Notre initiative demande une gestion des quantités, afin d’éviter les surplus, notamment dans le secteur laitier. Elle demande un approvisionnement de la population avec des aliments majoritairement suisses. L’adaptation de la production aux besoins concrets des ménages en est une condition. Le soutien du commerce direct entre paysannes, paysans, consommateurs et consommatrices est central. Il y a actuellement plus de 50 projets d’ACP en Suisse et des milliers de fermières et fermiers qui font de la vente directe, ce qui leur permet de contourner les intermédiaires.

Des prix équitables à toutes les étapes de la production et dans toutes les branches sont nécessaires pour s’affranchir des dépendances (subventions, transformation, grande distribution). La pression sur les prix est une menace existentielle pour de nombreuses fermes. L’exemple du lait est éloquent : en 1992, le litre coûtait 1.85 franc – aujourd’hui, le prix varie de 1.50 à 1.70 franc à l’épicerie. Dans cette même période, le prix aux producteurs est passé de
1.05 franc à 50 centimes le litre. Chaque jour, trois fermes disparaissent. Il est indispensable d’introduire un CCT avec des salaires équitables pour les 160 000 emplois dans l’agriculture, afin de prévenir les salaires de dumping qui se propagent dans le milieu.

La course vers le libre marché, entreprise par le Conseil fédéral, aggrave la situation. En ce moment, le Conseil fédéral mène des négociations importantes avec l’UE et les USA (TTIP, TISA et autres). Toutefois, de nombreux experts remettent en cause le libre marché avec les biens agricoles. Le rapport mondial sur l’agriculture (2008), mandaté par les Nations unies et la Banque mondiale, est très clair sur ce point.

Si le Conseil fédéral affirme que notre initiative remettrait en question les acquis réalisés dans le cadre de la réforme agricole des 25 dernières années et affaiblirait la compétitivité et la capacité d’innovation du secteur agroalimentaire suisse, il met en évidence son refus d’ouvrir les yeux, de reconnaître une situation alarmante et de prendre des mesures adaptées.

 

 La réaction de Valentina Hemmeler Maïga, membre du comité d'initiative : icon Lettre ouverte Valentina Hemmeler Maïga

Dans son message du 22 juin 2016, le Conseil fédéral recommande de rejeter l’initiative « Pour la souveraineté alimentaire. L’agriculture nous concerne toutes et tous » - See more at: http://www.souverainete-alimentaire.ch/in/fr/actu/53-actualites/425-cp-160628#sthash.prhqXRs5.dpuf
Dans son message du 22 juin 2016, le Conseil fédéral recommande de rejeter l’initiative « Pour la souveraineté alimentaire. L’agriculture nous concerne toutes et tous » - See more at: http://www.souverainete-alimentaire.ch/in/fr/actu/53-actualites/425-cp-160628#sthash.prhqXRs5.dpuf
Dans son message du 22 juin 2016, le Conseil fédéral recommande de rejeter l’initiative « Pour la souveraineté alimentaire. L’agriculture nous concerne toutes et tous » - See more at: http://www.souverainete-alimentaire.ch/in/fr/actu/53-actualites/425-cp-160628#sthash.5urFabb5.dpuf

 

L'initiative pour la souveraineté alimentaire, l'agriculture nous concerne toute et tous a abouti !!!!! Bravo à toutes et à tous qui y ont contribué ! Elle a été déposée le 30 mars 2016 à la Chancellerie fédérale à Berne ! Pour plus d'infos cliquez sur le lien ! La lutte continue ces prochaines années en prévision des débats au parlement et la votation !

Le dossier de presse !

Le communiqué de presse suite à la confirmation de la validation par la Chancellerie : icon cp 27.04.2016

icon 1er mai 2017 

 

Initiative souveraineté alimentaire I

Pour la souveraineté alimentaire. L'agriculture nous concerne toutes et tous.

Uniterre lance son initiative "Pour la souveraineté alimentaire" ! 

Souveraineté alimentaire, mais pourquoi donc ?

Parce que l’agriculture et l’alimentation doivent redevenir l’affaire de tous. 

Nous, paysan-ne-s et consommateurs-trices de Suisse, devons être en mesure de décider souverainement de ce que nous souhaitons retrouver dans notre assiette tout en prenant garde de ne pas le faire au détriment d’autres régions du monde. Au fil des ans, nous avons été dépossédés de nos pouvoirs de décision. Les politiques se sont désengagés de leur rôle visant à déterminer de véritables politiques alimentaires durables pour laisser plus de place aux intérêts économiques à court terme. 

Les normes sanitaires ou alimentaires sont largement influencées par la conclusion d’accords commerciaux multi ou bilatéraux. Les grandes surfaces, nous proposent l’embarras du choix sur les produits… mais est-ce réellement un choix ? Savons-nous encore comment et par qui notre ragoût, notre tomate ou notre polenta ont été produits ? Sommes-nous encore en mesure d’influencer le prix du lait au paysan ou celui au consommateur ? Lorsqu’une production agricole est menacée en Suisse, elle devrait pouvoir bénéficier d’une certaine protection. Pourtant les dés semblent jetés à l’OMC. La nature comme les semences sont de plus en plus privatisées. En tant que paysan-ne, je devrais théoriquement pouvoir ressemer une partie de ma récolte, mais est-ce encore possible et jusqu’à quand les grandes firmes semencières l’autoriseront-elles ou ne m’imposeront-elles pas des OGM comme voisins ?

Avec la souveraineté alimentaire, nous souhaitons déterminer ensemble les politiques qui orientent un domaine crucial à la vie de chacun d’entre nous : l’ALIMENTATION.

Nous visons à replacer les êtres humains au cœur des systèmes alimentaires ! Notre initiative pose  les jalons d’une agriculture et d’une alimentation du futur. Joignez-vous à ce mouvement !

 

Pour être bien dans son assiette.... Vive la Souveraineté Alimentaire !

201-une.jpgUne mise au point d'Uniterre sur la souveraineté alimentaire ! Journal de solidaritéS no 201 du 13 janvier 2012

Pour plus d'information sur la Souveraineté Alimentaire : UNITERRE (Plateforme nationale, Nyeleni 2011 etc.)

 

 

La souveraineté alimentaire

La déclaration finale du Forum des mouvements sociaux en parallèle au sommet de la FAO sur la sécurité alimentaire du 13 au 17 novembre 2009 à Rome :

icon Déclaration finale 13 au 17 novembre 2009

 

Le Forum suisse pour la souveraineté alimentaire a eu lieu à Berne avec plus de 200 participant-e-s de tous bords :
icon programme 3 novembre 2009
icon Programm 3.November

Le concept de souveraineté alimentaire a été conçu et défini en 1996 par La Via Campesina

"La souveraineté alimentaire désigne le DROIT d’une population, d’une région ou d’un pays à définir leur politique agricole et alimentaire, sans dumping de prix vis-à-vis de pays tiers.La souveraineté alimentaire inclut :La priorité donnée à la production agricole locale pour nourrir la population, l’accès des paysan(ne)s et des sans-terres, à la terre, à l’eau, aux semences et au crédit. D’où la nécessité de réformes agraires, de la lutte contre les OGM pour le libre accès aux semences et de garder l’eau comme un bien public à répartir durablement. Le droit des paysan(ne)s à produire des aliments et le droit des consommateurs à pouvoir décider ce qu’ils veulent consommer et par qui et comment l’aliment est produit. - Le droit des Etats à se protéger des importations agricoles et alimentaires à trop bas prix. Des prix agricoles liés aux coûts de production. C’est possible à condition que les Etats ou les Unions aient le droit de taxer les importations à trop bas prix, et s’engagent pour une production paysanne durable et maîtrisent la production sur le marché intérieur pour éviter des excédents structurels. La participation des populations aux choix des politiques agricoles La reconnaissance des droits des paysannes, qui jouent un rôle majeur dans la production agricole et l’alimentation."

icon Pétition pour l'assemblée constituante genevoise de juin 2009

icon Rapport de la co-présidente Anne-Catherine Menétrey 2009

icon Ernährungsouveränität Thomas Gröbly

icon La souveraineté alimentaire à l'ONU

icon souvraineté alimentaire FRC janvier 2008

 

 

Lire la suite...

L'agriculture contractuelle

La Suisse-allemande s'intéresse à l'agriculture contractuelle genevoise et romande, un article dans la Wochenzeitung WoZ no 20  du 14 mai 2009, en allemand !

icon Vertragslandwirtschaft, WoZ no 20 du 14 mai 2009

Un dossier de "Terre et Nature" du 30 octobre 2008

icon agriculture contractuelle 1

icon agriculture contractuelle 2

icon agriculture contractuelle 3